Entre trop tard et jamais les paroles

      Entre trop tard et jamais

CD : Les paroles
Le titre :    Aquero live


1. La ville illuminée
2. Hourra, Hourra !
3. Remain in me
4. Pas d'souci
5. Prenons le large
6. Un truc qui déménage   
7. Tididixma
8. Trop d'amour
9. A quoi ça sert ?
10. Aime et fais ce qu'il te plait
11. Un nom nouveau
12. Amen   

La ville illuminée     
Jean-Paul Prat  4’ 39

Plus de ciel, plus de terre, de mer il n'y en a plus,
Plus de cri, de pleur, de peine, de mort il n'y en a plus,
Plus besoin de l'éclat de la lune et du soleil,
La ville est illuminée d'une gloire sans pareille.

Plus de malédiction, de mal il n'y en a plus,
Plus de flambeau, plus de lampe, de nuit il n'y en a plus,
Plus besoin de l'éclat de la lune et du soleil,
La ville est illuminée d'une gloire sans pareille.

Voici la demeure
De Dieu au milieu des hommes.
Il essuiera
Toute larme de nos yeux.

Plus de pauvre, plus d'esclave, les tyrans ne sont plus,
Plus de guerre ni de bataille, la peur n'existe plus,
Plus besoin de l'éclat de la lune et du soleil,
La ville est illuminée d'une gloire sans pareille.

Plus de porte fermée, les verrous ne sont plus,
Plus de vie sacrifiée, de haine il n'y en a plus,
Plus besoin de l'éclat de la lune et du soleil,
La ville est illuminée d'une gloire sans pareille.

Voici la demeure…

Plus de ciel, plus de terre, de mer il n'y en a plus,
Plus de flambeau, plus de lampe, de nuit il n'y en a plus,
Plus besoin de l'éclat de la lune et du soleil,
La ville est illuminée d'une gloire sans pareille.

Dans la Cité de lumière, les sanglots se sont tus,
L'amour a chassé la misère, elle ne reviendra plus,
Plus besoin de l'éclat de la lune et du soleil,
La ville est illuminée d'une gloire sans pareille.

Voici la demeure…bis

Hourra, hourra !
Jean-Paul Prat  5'10

Hourra, hourra, voilà que la joie vient en moi
Hourra, hourra, voilà que la joie vient
Hourra, hourra, un frisson du haut jusqu’en bas
Hourra, hourra, voilà que la joie vient.

Je rejette la tristesse, adieu la nostalgie,
Je veux goûter l’allégresse, remplacer le non par le oui.
Plus de cafard, plus de stress, ni de mélancolie,
Je veux me laisser saisir par la vie.

Hourra, hourra, voilà que la joie vient en moi…

J’abandonne ma paresse, je chasse mon ennui,
Je veux entrer dans l’ivresse, ne plus nourrir aucun souci.
Plus de cafard, plus de stress, ni de mélancolie,
Je veux me laisser saisir par la vie.

Hourra, hourra, voilà que la joie vient en moi…

Remain in me               
Jean-Paul Prat  5’ 20

It’s quite simple, but it’s not easy
As I remain in you, remain in me
Turn your heart on, turn your light on
And as I remain in you, remain in me.

Remain in me, remain in me
If you want to be you, remain in me
There’s no hurry, there’s no rush
No reason to worry that much
But if you want to be you, remain in me.

Get along with the bottom of your soul
Never leave the shelter
Go on without doubting any more
Ask for whatever you want, it will be done.

It’s quite humble, but it’s not cheap
As I believe in you, believe in me
Turn your heart on, turn your light on
And as I believe in you, believe in me.

Believe in me, believe in me
If you want to be free, believe in me
If you keep your hand in mine
I'll give you more than you can find
Yes, if you want to be free, believe in me.

Get along with the bottom of your soul
Never leave the shelter
Go on without doubting any more
Ask for whatever you want, it will be done.

Pas d’souci                   
Jean-Paul Prat  6’ 22

Je cherche mon souffle, mon équilibre
Faudrait qu’on m’donne le bon tempo
A force de vouloir être libre
J’suis comme une mouche dans du sirop.

Survoler le plancher des vaches
C’est pour les oiseaux, les avions
Mais comme on t’a fait pour qu’tu marches
Faudrait adhérer au goudron.

On va, on vient, on crie :
Pas d’souci !
On cherche, on rêve, on prie
Sans choisir la vie.

J’ai beau rêver que je m’envole
Ça  m’fait pas longtemps de l’effet,
J’ressemble un peu à une cass’role,
Accrochée au-d’ssus du buffet.

Tu voudrais trouver le big deal
Attirer les paparazzi,
Mais t’as la tombée d’un vieux vynil
Qu’on a transformé en frisbee.

On va, on vient, on crie…

J’aim’rais bien dire à cette montagne
Va te balancer dans la mer,
Au lieu d’ça j’joue à qui perd gagne
En m’mettant la tête à l’envers.

Suffit pas d’ach’ter sur la toile
Un costume de super héros,
Pour faire scintiller les étoiles
Et n’plus jouer à Caliméro.

On va, on vient, on crie…

Tout ça s’apprend pas dans les livres
Pour être vivant c’est du boulot.
J’ai l’air, en guise de bateau ivre,
D’une poule qu’a trouvé un couteau.

J’sais bien qu’t’attends rien de personne
Même si tes yeux crient au secours.
Mais ce que j’ai je te le donne :
N’hésite plus, choisis l’amour. (4 fois)

Prenons le large                    
Alain Rakoto  4’20

Prenons le large, prenons la route
Pour aller chercher le soleil
Prenons le large, prenons la vague
Qui nous conduira tous au ciel.

Embarquons pour vivre nos rêves
Embarquons pour la lumière
Quittons nos vêtements de tristesse
Embarquons, entrons dans la danse
Embarquons pleins d’espérance
Suivons ses pas tant il nous aime.

Prenons le large, chassons l’orage
Laissons-nous porter par la mer
Suivons ses traces, quittons nos glaces
Elle nous mènera vers d’autres terres.

Embarquons pour vivre nos rêves…

Prenons le large, hissons les voiles
Car Dieu nous donne sa lumière
Fixons l’étoile, gardons la foi
Un chemin pour nous est ouvert.

Embarquons pour vivre nos rêves…

Un truc qui déménage   
Jean-Paul Prat  4’ 10

Un jour que j'en pouvais plus j'ai demandé au Bon Dieu
De m'souffler un truc pêchu pour faire que le monde aille mieux
J'ai dit : « Papa, s'il te plait, ouvre pour moi tes trésors,
Donne-moi un produit bien frais qui soit plus fort que la mort. »

Donne-moi un truc qui déménage,
Une chanson qui dégage
Pour redresser les tordus, pour faire bondir les boiteux
Un tube comme on n'en fait plus qui rende tous les gens heureux.

Un truc pour bouger la tripaille
Avant qu'toute vie s'en aille
Pour débloquer les polis, pour faire danser les guindés
Réveiller les endormis, libérer les éclopés.

Et ça f'rait :       
un, deux et un, deux, trois
Balance ton cœur de pierre, fous l'feu à tes jambes de bois
Soulève donc tes pieds d'plomb, arrête un peu ton bla-bla
un, deux et un, deux, trois
Retrouve ton cœur de chair, remets ta tête à l'endroit
Respire à pleins poumons, commence à ouvrir les bras.

J'voudrais une mélodie sauvage
Un air qu'aurait pas d'âge
Pour les costauds, les bossus, les mous et les énervés
Les scotchés, les ingénus et les gens plus compliqués.

Une sorte de super farandole
Mi-jazz, mi-rock'n roll
Un p'tit refrain latino, deux couplets un rien salsa
Un saxophone, un piano comme dans Lady Madonna.

Alors quand j'ai eu fini, qu'j'ai mis les mots en musique,
J'ai dit : « Papa,  j'suis furieux, je trouve que ça manque de 'kick';
J'voulais une song 'dans le move', pas dans le genre 'ever green'
Ce morceau-là swingue trop cool, on va m'traiter de 'has been' »

Il m'a dit : « fils, s'il te plaît, te fais donc pas tant d'souci,
T'as plus grand-chose à défendre, pour le 'top ten' c'est fini.
Crois-moi les choses à la mode, elles durent jamais bien longtemps,
Ceux qui ont l'air d'être en r'tard seront bientôt sur l'devant...

Tididixma   
Jean-Paul Prat  4’ 03

Ti di dix ma ene oun ti di ti doun ti di o
Ti di dix ma ene oun ti di o o

Trop d’Amour
Jean-Paul Prat  4’ 24


Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’une seule larme soit perdue
Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’un seul soupir ne soit pas entendu.

En nous trop de souffrance et trop de solitude
Bien trop de cris de désespoir jetés dans le ciel lourd
Trop de misère et trop d’incertitude
Pour que mon Créateur s’éloigne et reste sourd.

Je me souviens du goût de l’amertume en mes entrailles
Du sentiment si fort d’appartenir à un ailleurs
Quand le monde alentour a l’aspect des murailles
Quand près du gouffre obscur tu trembles et tu as peur.

Seigneur, tu n’as jamais laissé ton enfant sans tendresse
C’est que nos yeux ne voyaient pas quand tu étais caché
Pour recueillir le souffle, effacer la tristesse
De celui qui n’attendait plus et se croyait délaissé.

Oh Seigneur, viens réchauffer ton peuple souffrant
Viens Seigneur, tu as pour manteau la lumière.

Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’une seule larme soit perdue
Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’un seul soupir ne soit pas entendu.

Oh Seigneur, viens libérer tes enfants
Viens Seigneur, tu nous as aimés depuis trop longtemps,
Oh, viens, viens !

A quoi ça sert
Jean-Paul Prat  5' 01                 

Je marche jour et nuit dans tout ce bruit,
Personne pour m'entendre crier.
Rien derrière rien devant pour tous ces gens
Qui ne me voient même pas passer.

J'voudrais trouver quelqu'un pour m'sentir bien,
Un amour, un ami sincère.
Juste un moment d'bonheur, n'plus avoir peur,
Laisser la joie remplir mon cœur.

Mais comment faire, en moi c'est la guerre le froid,
Je cherche une main pour me guider….    yé i yé...

J’ai fait tous les tiroirs de ma mémoire,
Même les endroits les plus secrets.
Pas un seul bon souv’nir, rien qu’des cauch’mars
Où amour rime avec jamais.

Pourtant j’suis sûr qu’la vie vaut mieux qu’tout ça,
Y'a quelque chose qui brûle en moi.
Un peu comme un cadeau qu'on veut qu'on désire
Et puis qu'on casse avant d'l’ouvrir.

Mais comment faire, en moi c'est la guerre le froid,
Je cherche une main pour me guider …
A quoi ça sert, c'est le désert le combat,
J’arrive pas à m’laisser aimer….  yé i yé…

J’pourrai pas faire semblant encore des années,
Ça fait trop mal, j’suis fatigué.
Il va falloir trouver quelqu’un qui saura
Entendre surtout ce que j’dis pas.

Aime et fais ce qu’il te plaît           
Alain Rakoto  4’ 48
   
Quand la musique t’emporte
Vers des cieux plus colorés
Joue pour toi, chante des notes
Aux rythmes ensoleillés.

C’est ta liberté qui chante
C’est ton cœur qui doit jouer
Laisse libre…cours ta chance
Aime et fais ce qu’il te plaît.

Quand la musique t’entraine
A laisser tes pas s’en aller
Pour te libérer des chaines
Qui t’empêchent de respirer.

C’est ta liberté qui chante…

Quand la musique te caresse
A laisser ton âme s’envoler
Tes peines, tes joies, tes tristesses
Loin, très loin se sont en allées.

C’est ta liberté qui chante…

Un nom nouveau                       
paroles : Serge Roche
musique : Jean-Paul Prat  4’ 07


Ton nom nouveau
Sur un caillou blanc lancé dans les étoiles
Ton nom nouveau
Sur un caillou blanc aux éclats de cristal.

Une voix de trompette
Clame : « Monte ici ! » Un trône est dressé dans le ciel
Eclair de tempête,
Cri de prophétie : « Sois colonne du temple éternel »

Un nom nouveau
Ecrit sur ton front par la droite du Père
Un nom nouveau
En lettres de feu, en perles de lumière.

Une voix de trompette…
       
« Monte ici dans les hauteurs,
Monte plus haut
Dans la clarté du Nom Sauveur. »

Une voix de trompette…
           
Le nom nouveau
Scellé par le Saint sur la porte du cœur
Nom de l’Agneau
Gravé sur tes mains par l’épée du Vainqueur.

Une voix de trompette…

Amen 
Otis Redding  5’ 55

Amen, uh, A-Amen, uh
A-Amen, Amen, Amen, with the horns, now
Amen, with the rhytm, now
A-Amen, A-Amen
A-Amen, Amen, Amen, everybody, now
A-Amen, A-Amen
A-Amen, Amen, Amen

This little light of mine
I'm gonna let it shine
This little light of mine
I'm gonna let it shine, yeah, yeah
This little light of mine
I'm gonna let it shine
Let it shine, let it shine
To show my love.

One thing my papa told me when I was a kid, he said :
Even in my home son
I'm gonna let it shine
Said even in your home son
You got to let your little light shine
Even in your home son
You got to let it shine
Just let it shine, just let it shine
To show your love.

A-Amen
A-Amen, with the feeling
A-Amen, Amen, Amen
A-Amen
A-Amen
A-Amen, Amen, Amen
Amen








Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Restez régulièrement informé de l'actualité du groupe aquero. Pour être sûr de ne rien manquer, découvrez chaque trimestre : les concerts du groupe, les vidéos, les reportages et bien d'autres choses encore ...