Entre dans le feu Paroles

 

Gospel train

Gospel, pour un amour éternel
Gospel, saut dans le vide, bond vers le Ciel
Gospel, un élan surnaturel
Je viens répondre à ton appel... Gospel

Ce train ne pourra jamais vouloir changer d’aiguillage
Il va de village en village
Poussé par on ne sait quel désir pressé d’aboutir
Au risque de tout engloutir
Y’a pas d’arrêt prévu, pas de billet à composter
C’est juste un souffle en plein été
Un courant d’air torride, un ouragan, un hurricane,
Un twister, un cyclone, cherche pas à fuir, c’est plus la peine.

Gospel, pour un amour éternel...

Certains l’ont déjà vu sans avoir osé embarquer
Il est grand temps d’plus hésiter
On peut monter en marche comme un surfer sur l’océan
Suffit d’sentir d’où vient le vent
Il emmène avec lui ceux qui supportent plus l’esclavage
Ceux qui veulent changer d’paysage
C’est du feu, c’est de l’eau, un typhon, un grain, une tempête
Un brasier, un torrent, un tsunami que rien n’arrête.

Gospel, pour un amour éternel...

Entre dans le Feu de l’Esprit

Resterez-vous dans vos cachettes, au repos derrière vos murs
Quand la colombe prend son vol, auréolée d’argent et d’or
Quand la puissance est sur vos têtes, comme une flamme de feu
Resterez-vous cloués au sol, ou bondirez-vous vers le ciel ?

Chante pour ton Dieu, peuple choisi
Entre dans le feu de l’Esprit
Il entend ton cri et te bénit
Danse pour ton Dieu, joue pour Lui

Les mains remplies de pierres précieuses, de parfums et de cadeaux
Ton Souverain descend du ciel, entends le tonnerre de sa voix
Entouré d’étoffes somptueuses, de splendeur, de majesté
Lui qui chevauche les nuées, ouvre son trésor devant toi.

Chante pour ton Dieu, peuple choisi...

Mon Libérateur, ma force et mon chant
Tu fais la joie de mon cœur
Mes délices et mon bonheur
Que ton Nom d’amour soit toujours magnifié,
Sanctifié, toujours glorifié.

Dieu, voici venir ton cortège, il entre dans ta maison
Les chantres et tous les musiciens, les trompettes et les tambourins
En grande joie, grande allégresse, tes enfants battent des mains
C’est une foule au cœur en fête, qui chante sa libération

Chante pour ton Dieu, peuple choisi...

Trop d’amour

Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’une seule larme soit perdue
Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’un seul soupir ne soit pas entendu

En nous trop de souffrance et trop de solitude
Bien trop de cris de désespoir jetés dans le ciel lourd
Trop de misère et trop d’incertitude
Pour que mon Créateur s’éloigne et reste sourd

Je me souviens du goût de l’amertume en mes entrailles
Du sentiment si fort d’appartenir à un ailleurs
Quand le monde alentour a l’aspect des murailles
Quand près du gouffre obscur tu trembles et tu as peur

Tu n’as jamais laissé ton enfant sans tendresse
C’est que nos yeux ne voyaient pas quand tu étais caché
Pour recueillir le souffle, effacer la tristesse
De celui qui n’attendait plus et se croyait délaissé

Oh Seigneur, viens réchauffer ton peuple souffrant
Viens Seigneur, tu as pour manteau la lumière.

Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’une seule larme soit perdue
Y’a trop d’amour dans le cœur de mon Dieu
Bien trop d’amour pour qu’un seul soupir ne soit pas entendu

Oh Seigneur, viens libérer tes enfants
Viens Seigneur, tu nous as aimés depuis trop longtemps,
Oh, viens, viens !

J’ai respiré au rythme de l’orage
Je t’appelais du fond de moi sans connaître ton nom
Quand ma vie n’était qu’une suite de mirages

Un nom nouveau

Ton nom nouveau
Sur un caillou blanc lancé dans les étoiles
Ton nom nouveau
Sur un caillou blanc aux éclats de cristal

Une voix de trompette
Clame : « Monte ici ! » Un trône est dressé dans le ciel
Eclair de tempête,
Cri de prophétie : « Sois colonne du temple éternel »

Un nom nouveau

Ecrit sur ton front par la droite du Père
Un nom nouveau
En lettres de feu, en perles de lumière

Une voix de trompette...

« Monte ici dans les hauteurs,
Monte plus haut
Dans la clarté du Nom Sauveur »

Une voix de trompette...

Le nom nouveau

Scellé par le Saint sur la porte du cœur
Nom de l’Agneau
Gravé sur tes mains par l’épée du Vainqueur

Une voix de trompette...

Pas d’souci

Je cherche mon souffle, mon équilibre
Faudrait qu’on m’donne le bon tempo
A force de vouloir être libre
J’suis comme une mouche dans du sirop

Survoler le plancher des vaches
C’est pour les oiseaux, les avions
Mais comme on t’a fait pour qu’tu marches
Faudrait adhérer au goudron

On va, on vient, on crie :
Pas d’souci !
On cherche, on rêve, on prie
Sans choisir la vie.

J’ai beau rêver que je m’envole
Çà m’fait pas longtemps de l’effet
J’ressemble un peu à une cass’role
Accrochée au-d’ssus du buffet

Tu voudrais trouver le big deal
Attirer les paparazzi
Mais t’as la tombée d’un vieux vynil
Qu’on a transformé en frisbee

On va, on vient, on crie :

J’aim’rais bien dire à cette montagne
Va te balancer dans la mer
Au lieu d’ça j’joue à qui perd gagne
En m’mettant la tête à l’envers

Suffit pas d’ach’ter sur la toile
Un costume de super héros
Pour faire scintiller les étoiles
Et n’plus jouer à Caliméro

On va, on vient, on crie :

Tout ça s’apprend pas dans les livres
Pour être vivant c’est du boulot
J’ai l’air, en guise de bateau ivre,
D’une poule qu’a trouvé un couteau

J’sais bien qu’t’attends rien de personne
Même si tes yeux crient au secours
Mais ce que j’ai je te le donne :
N’hésite plus, choisis l’amour (4 fois)

Chevaucheurs d’éternité

Il est un endroit
Où, seuls, pourront entrer les cœurs brisés.
C’est comme un jardin bien scellé.
Ceux qui ont souffert,
tous les déracinés en ont la clé.
Ce sont des chercheurs d’absolu, des exilés,
affamés de la vérité.

Ils ont cherché, dans tous les yeux qu’ils ont croisés,
une lueur, un air du pays,
un trois fois rien qui dit : « Je suis à tes cotés ».

Il est un pays
où pourront demeurer les cœurs brisés,
amoureux de la liberté.
C’est comme un refuge,
un sol bien irrigué, un champ de blé,
un lieu que, seuls, pourront fouler les va-nu-pieds,
une terre que rien n’a souillée.

Ils l’ont cherché en tous ceux qui les ont blessés,
Dans les ornières, au fond des abîmes,
Ces voyageurs que rien n’a jamais arrêtés.

Ils ont cherché, dans tous les yeux qu’ils ont croisés,
une lueur, un air du pays,
un trois fois rien qui dit : « Je suis à tes cotés ».

Il est un endroit
Où, seuls, pourront entrer les cœurs brisés.
C’est comme un jardin bien scellé.
Il est un domaine
plus profond que les mers et les vallées
Tous les mendiants de la lumière l’ont désiré
Ceux que leurs larmes ont façonné

Il est un pays
où pourront demeurer les cœurs brisés,
amoureux de la liberté.
Ceux qui sont ouverts,
ceux en qui le couteau a travaillé,
ceux que les plaisirs de ce monde n’ont pas comblés,
les chevaucheurs d’éternité.

Pour que vienne enfin ton Règne

Mets en nous ton feu d’amour
Brûle-nous la nuit, le jour
Mets en nos rêves tes rêves
Pour que vienne enfin ton règne

Mets en nous ton feu d’espoir
Ton soleil dans nos brouillards
Pluie de bonté sur nos terres
Pour que vienne enfin ton règne

Pour ta liberté, pour ta sainteté
Pour ta vérité, pour ta gloire

Mets en nous ton pas de danse
Ton sourire qui nous balance
Un rythme de feu dans nos veines
Pour que vienne enfin ton règne

Mets en nous ta liberté
Un souffle d’éternité
Une brise qui nous entraîne
Pour que vienne enfin ton règne

Que brille sur nous ta victoire
Que brûle en nous ton feu
Ta sainte majesté, ta gloire
Ton souffle de vie dans nos vies

Pour ta liberté, pour ta sainteté
Pour ta vérité, pour ta gloire

Stand Up

Stand up and follow the Lamb
Jesus-Christ is the only Lord
Stand up and follow the Lamb
He will make you reach the shore

You can sing for Him Alleluia
You can clap your hands, three times
You can move your arms to show your holy madness
You can turn and slap your feet, two times

Neither by power
Nor by strength
But by the Spirit
Of the Lord

Papa, le temps est venu !

Papa si tendre et si proche
Nous t’avions exilé au fond du ciel
Nous avions fait de toi un juge, un Dieu vengeur
À force de te craindre et d’ignorer ton cœur

Papa si doux et si fort
Le temps vient aujourd’hui de te connaître
Pour que soit effacée à jamais cette image
Tu descends jusqu’à nous et montres ton visage

Ce soir, nous venons célébrer le Père tout puissant
Qui danse et qui se donne à tous ses enfants
Emerveillés devant ta simplicité
Que tombent nos murailles, nous ouvrons nos entrailles
pour nous laisser toucher

Ce soir, nous venons accueillir le Dieu tout amour
Qui vient si tendrement à notre secours
Emerveillés devant ta proximité
Que tombent nos murailles, tu ouvres tes entrailles
pour nous laisser entrer

Papa si simple et si pur
Fais-nous sentir les fleurs de ton jardin
Souffle tout doucement sur ce qui fait souffrir
Pose sur nous tes mains qui peuvent tout guérir

Papa tu es si petit
Quand tu veux nous choyer et nous chérir
Comment te résister, continuer d’avoir peur
Comment ne pas pleurer et fondre de bonheur

Ce soir, nous venons célébrer le Père tout puissant...

Désirez sa gloire

Louez le Seigneur, désirez sa Gloire
Adorez son Nom très saint jour et nuit
Chantez sa splendeur, montrez sa victoire
Accueillez sa miséricorde infinie.

Adorez-le (bis)
Magnifiez-le (bis)

Frappez le tambour, déchirez le ciel
Appelez sur vous l’effusion de l’amour
Cherchez le secours du Dieu éternel
Ravivez en vous le désir de son jour

Redressons-nous, levons nos têtes
Le Ciel est ouvert, l’Esprit descend
Mon corps frémit, mon âme est prête
Répands sur nous ton souffle puissant
Tu nous revêts d’habits de fête
Tu nous remplis d’un amour ardent

Goûtez sa douceur, savourez son miel
Enivrez-vous du vin très pur de sa joie
Touchez la candeur de l’Emmanuel
Laissez-vous séduire par le son de sa voix

Exaltez-le (bis)
Glorifiez-le (bis)

Louez le Seigneur, désirez sa Gloire
Adorez son Nom très saint jour et nuit
Chantez sa splendeur, montrez sa victoire
Accueillez sa miséricorde infinie.
Frappez le tambour, déchirez le ciel
Appelez sur vous l’effusion de l’amour
Cherchez le secours du Dieu éternel
Ravivez en vous le désir de son jour

Louez le Seigneur
Jour et nuit cherchez sa gloire
Louez le Seigneur
Jour et nuit cherchez sa gloire
Soyez sûrs de sa victoire
Jour et nuit chantez sa gloire

Esprit de Dieu

Esprit de Dieu, viens nous visiter
Viens nous guérir, viens nous libérer
De tous les poids qui nous tiennent emprisonnés,
Qui clouent nos langues à nos palais,
Et des fatigues aujourd’hui accumulées,
Viens faire de nos cœurs un brasier.

Esprit d’amour, viens nous consoler
De ta lumière, viens nous éclairer
Viens faire fleurir en nos cœurs enténébrés
La paix, la joie, la charité
Toi la colombe blanche aux ailes argentées,
Le doigt de Dieu, le Conseiller.

Esprit Seigneur, viens nous protéger
L’accusateur, viens le repousser
Que nos esprits par la vie renouvelés
Ne cherchent plus qu’à glorifier
Le nom du Père, du Fils et du Paraclet,
Béni sois-tu, Dieu de bonté.

Esprit de Dieu, viens nous visiter
Viens nous guérir, viens nous libérer
De tous les poids qui nous tiennent emprisonnés,
Qui clouent nos langues à nos palais,
Et des fatigues aujourd’hui accumulées,
Viens faire de nos cœurs un brasier.

L’Esprit de Dieu vient nous visiter
L’Esprit de Dieu vient nous libérer
L’Esprit d’amour vient nous consoler
L’Esprit d’amour vient nous éclairer

Gens de passage

Nous autres, gens de passage,
Voyageurs dans la nuit,
Voguons vers le rivage
D’un étrange pays

Où plongent doucement en des pluies de couleurs
Des oiseaux, des poissons et des brassées de fleurs,
Où s’envolent au zénith d’un soleil argenté
Des accords de musique, des bouquets de clartés

Nous autres, gens d’errance,
Pèlerins sur la terre,
Cherchons la transparence
D’un nouvel univers

Où dansent librement dans les constellations
Les ailes diamantées d’immenses papillons,
Où s’élèvent et s’enroulent sous des portiques d’or
Les parfums, les reflets des mondes intérieurs

Nous autres, gens de voyage,
D’un ailleurs, exilés,
Parlons le doux langage
D’un royaume oublié

Où des rivières d’ambre coulent entre les jardins
Emplissant les abîmes de rires enfantins,
Où des fontaines d’anges à l’unisson ruissellent
Inondant l’horizon d’une rosée d’étincelles

Nous autres, gens de passage,
Mendiants de vérité,
Dévoilons le visage
De l’unique Beauté...

Holy Father

Holy Father, we can see on your face
All the sorrow, all the pain
That the Son of God has suffered to open the way again

Holy Father, we can feel in your eyes
Quiet laughters, quiet smiles
Happy dancing, sunshine coming from the Mother of the Lord

So weak and so strong
Like a lamb, like a lion

Holy Father, when you’re giving the Word
Even those who can’t believe
Feel the sweetness of the Holy Ghost whispering in their soul

Holy father, now you have left the earth
Keep on praying for the world
Keep on sending light and love and calling peace on every man

So weak and so strong
Like a lamb, like a lion

Holy Father, now you are in Heaven
Tell the Lord you always served
Not to wait too long to come and take his people by his side


Overall Rating (0)

0 out of 5 stars

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter
Restez régulièrement informé de l'actualité du groupe aquero. Pour être sûr de ne rien manquer, découvrez chaque trimestre : les concerts du groupe, les vidéos, les reportages et bien d'autres choses encore ...